#22 Ce jour-là

En décembre, le vie est belle toujours. Parce que j’y trouve le sentiment d’amour le plus fort en dehors de notre petit cocon de famille et d’amis. Parce que j’aime les musiques qui dégoulinent de mièvrerie, le pain d’épices au chocolat le matin avec un thé qui sent la cannelle, les décorations partout; j’aime m’endormir en pensant aux sourires que vont faire naître les cadeaux, ceux de l’Avent, ceux de la Saint Nicolas, ceux du réveillon. J’aime.

En décembre, la vie est belle toujours. Sauf il y a sept ans. Parce que nous nous sommes réveillés avec une gueule de bois de douleur, une de celle qui s’installe dans nos cœurs et qui semblent ne vouloir jamais partir. Parce que nous avons du choisir de porter un bébé à son terme pour le regarder mourir ou de le laisser partir. Parce que nous avons du nous excuser de l’avoir trop aimé alors qu’il n’était pas déjà né. Parce que nous avons du parfois cacher notre tristesse si grande au fond de verres de vin que nous aurions voulu sans fin.

En décembre, la vie est belle toujours. Parce que nous avons voyagé depuis sept ans au cœur de nos émotions, de joies, de nos peurs, de nos bonheurs, de nos terreurs. Parce que la vie aurait pu s’arrêter là mais qu’elle a continué à nous balloter comme pour nous tester. Parce qu’en fait la vie aura été comme une merveilleuse amie. Elle nous a secoués pour que nous ne nous perdions pas dans ce jeu du faire semblant que nous avions accepté. Elle nous a gâtés en nous offrant d’être les compagnons de voyage de nos trois merveilleux enfants. Elle nous a pourri pour que nous trouvions la force d’être vraiment heureux. La Vie, notre putain d’Amie.

En décembre, la vie est belle toujours. Parce que depuis toutes ces années, j’ai cheminé sur le chemin de la bienveillance et de la gratitude et que je crois sincèrement n’avoir jamais été aussi heureuse de toute ma vie. Parce que l’esprit de Noël est là et que pour un peu je croirais presque de nouveau au Père Noël. Parce que je continue de dire merci tous les jours. Merci à tous ces instants de rien qui sont le tout de mon quotidien.

En décembre, la vie est belle toujours. Et ce week-end n’a pas dérogé à cette merveilleuse vérité.

 

img_6246

 

img_6248

 

img_6249

 

img_6247

 

img_6252

 

img_6250

 

img_6251

 

img_6236

P.S. : En vrai, je voulais écrire une recette pour P. la maman de la petite fille qui avait toujours trop chaud. En vrai, je crois que j’ai bien fait de laisser parler mon cœur et je reviendrais pour vous raconter une soupe alphabet.

Et vous, vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s